Medicamentsen-ligne vous propose les traitements dont vous avez besoin afin de prendre soin de votre santé sexuelle. Avec plus de 6 ans d'expérience et plus de 90.000 clients francophones, nous étions la première clinique fournissant du acheter levitra original en France à vente en ligne et le premier vendeur en ligne de Viagra dans le monde. Pourquoi prendre des risques si vous pouvez être sûr avec Medicamentsen-ligne - Le service auquel vous pouvez faire confiance.

Le meilleur des mondes

Dissertation
Sujet : En quoi Le Meilleur des Mondes de Huxley est-il un avertissement sur la dérive
du monde moderne?

Aldous Huxley, écrivain britannique du vingtième siècle est connu pour son roman d’anticipation scientifique écrit en 1931, Le Meilleur des mondes ayant pour titre original Brave New world. Il est paru en 1932 et ne fut écrit qu’en quatre mois. Le titre français du roman est ironique et provient d’une phrase célèbre de Candide, un conte philosophique de Voltaire : « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». L’histoire se passe en « l’an 632 de N.F », à Londres dans une société bien différente de la nôtre, très avancée sur le plan scientifique et technologique. C’est un monde dit « parfait » mais à vouloir l’être trop, il est plongé dans la contre-utopie et devient donc totalitaire. Nous verrons en quoi Le Meilleur des mondes de Huxley est un avertissement sur les dérives de la société moderne. L’auteur a fondé son roman sur la prospective scientifique et, aujourd’hui, il est considéré comme un grand visionnaire ayant montré les dangers de l’évolution rapide du monde : on se rend compte que la société présentée dans le livre, sur certains aspects, annonce la nôtre. Nous allons étudier tout d’abord les progrès de la génétique et ses risques, puis la manipulation terrifiante de la société et enfin un gouvernement devenu mondial et totalitaire. Les principaux risques de la génétique comme moyen de réguler la société sont la perte d’identité, d’individualité et le déterminisme social institutionnalisé. En raison du clonage, la société de ce monde est déshumanisée. Pour exister, un être humain a besoin d’avoir sa propre identité, des traits de caractères et un physique qui lui est propre et qui permet de le distinguer. Or, dans ce « Meilleur des mondes », les personnes n’ont plus d’identité. Ce ne sont que des individus parmi tant d’autres. Le clonage est tellement poussé qu’il est désormais possible de créer quatre-vingt-seize jumeaux parfaitement identiques avec le « procédé Bokanovsky ». Il n’y a donc plus d’identité individuelle. Dans ce roman, Huxley nous montre jusqu’où serait capable d’aller la science « pour le progrès ». Etant créée artificiellement, toute la population de la planète civilisée n’a pas de parents et par conséquent pas de famille. Il n’y a plus de notion de solidarité, d’entraide et d’amour entre les individus. Ainsi, une personne qui aurait des problèmes se retrouverait seule et sans soutien, comme, par exemple, quand Bernard Marx, le héros du roman, raconte ses problèmes à son « meilleur ami » : ce dernier ne lui est d’aucun réconfort et ne joue pas le rôle d’un confident, comme actuellement. Par ailleurs, rien que les termes de « père » et « mère » sont indécents dans cette société où les cliniques sont remplacées par de gigantesques bâtiments-usines consacrés à la procréation (ectogenèse) avec des salles spécialisées et du personnel anonyme affecté à chaque opération. Il n’y a plus grand chose d’humain dans cette création artificielle. Alors qu’aujourd’hui la naissance et toute la durée de la grossesse sont des sujets de conversation joyeux et dignes d’intérêt, dans ce monde, il en est tout autrement. Les embryons sont considérés comme de simples objets : selon l’un des personnages, Henry Foster, ce sont des « matériaux » et la visite du centre illustre bien cela. Huxley semble y décrire une sorte d’usine avec différentes machines qui agissent sur les embryons. Même après la naissance, il n’y a plus rien d’humain car toute la population est recensée et conservée dans des archives mises à jour comme pour une gestion de stocks. Or, aujourd’hui la population est déjà recensée, fichée et dans Le Meilleur des mondes, ce n’est qu’une évolution dangereuse de ce recensement. Ainsi, Huxley montre ici qu’en raison du clonage, les individus sont totalement déshumanisés. Mais cette déshumanisation n’est qu’une évolution due à l’utilisation abusive de la génétique. Or, actuellement, ce procédé est le centre de nombreuses recherches et des animaux, comme la brebis écossaise Dolly (1996-2003), sont déjà des clones. De plus, grâce à la visite guidée du chapitre 1 du roman, on apprend que, dans cette société, on créait selon les besoins économiques. Le déterminisme social est créé scientifiquement pour « le bienfait de la société ». Contrairement au monde actuel, la génétique est à un niveau de perfectionnement que les scientifiques rêveraient d’atteindre. Elle permet de créer les gens en déterminant leur intelligence grâce à un procédé expliqué dans le roman par le directeur du centre. Tout est une question d’oxygène ou d’ajout d’alcool. On créait ainsi différentes castes sociales dans le but d’avoir une société stable. Ainsi il n’y a pas de chômage car les individus sont créés en fonction de ce dont on a besoin : les « cerveaux » nommés Alphas, les « cadres » nommés Bêtas, la « classe moyenne » les Gammas et les « bras » regroupant les Deltas et les Epsilons. Le clonage permet donc de contrôler le niveau de la population et il se rapproche des limites de procréation instaurées actuellement par certains pays comme la Chine. La génétique permet aujourd’hui de sélectionner certaines caractéristiques des futurs enfants, par exemple le sexe, et de soigner certaines maladies, mais en 632 de l’année N.F, il est possible de choisir de nombreux aspects physiques qui, dans ce monde-là, sont des critères majeurs de sélection ; et ne pas avoir une physionomie typique de sa caste entraîne de nombreuses difficultés sur le plan social. Les embryons sont également immunisés contre les maladies pour que les personnes soient en bonne santé et puissent travailler de manière rentable. Le sexe est déterminé de telle sorte qu’il y ait assez de partenaires pour chacun dans sa vie amoureuse. Dans cette société, la moindre chose est motivée par une raison économique. Ainsi tout doit être contrôlé. C’est un monde où personne ne peut se plaindre de son travail et penser démissionner, puisque à l’état d’embryon, on les conditionne à s’y habituer. De cette façon, il n’y a pas de problèmes économiques car, heureux de leur travail, « les humains » ne pensent pas à réclamer des augmentations et il n’y a pas de grèves. C’est tout l’opposé du monde actuel qui rencontre de nombreux problèmes économiques et où tout est remis en question. La génétique, comme base du système social, permettrait aux dictatures de ne plus utiliser la force et aux états « libres » de ne plus avoir de problèmes économiques. Ainsi à travers son livre, Aldous Huxley nous montre une avancée probable de la science qui aurait de grandes conséquences sur le monde et la société. L’humanité ne serait plus créée que pour servir au « bien » matériel de la société. Dans Le Meilleur des mondes, celle-ci ne pense plus par elle-même mais elle est manipulée. La manipulation s’exerce notamment dans l’éducation par le conditionnement qui vise à empêcher toute réflexion et sentiment. Le soma, drogue euphorisante vient renforcer un état de béatitude et de docilité. Au lieu d’être élevé au sein d’une famille, chaque enfant subit à la place un conditionnement collectif. L’Etat veut rendre heureuse chaque personne d’appartenir à sa caste et ainsi que la population soit satisfaite et ne se pose pas de question. Pour cela, le gouvernement a mis au point un système appelé « l’hypnopédie ». Celle-ci a lieu pendant le sommeil des enfants et est basée sur la répétition de phrases simples. Ces phrases, « culte » pour les membres de cette société, vont les suivre toute leur vie de manière inconsciente et développer chez eux les idées que souhaite le gouvernement. Ce procédé se rapproche des images subliminales, qui incitent les gens à consommer, ou encore de la publicité et de la propagande. Aujourd’hui, l’éducation des enfants passe par l’apprentissage du bien et du mal. Les parents leur apprennent à se méfier pour leur sécurité. Or, ici, on les conditionne pour la sécurité de la société. Grâce à différents procédés allant contre la nature, on dirige leurs goûts et l’Etat empêche ainsi libre arbitre et réflexion parmi les hommes. Le gouvernement ne recule devant rien pour conditionner et va jusqu’à torturer des bébés. On est loin d’une éducation douce des parents. Aldous Huxley avait vu juste, car lors de la seconde guerre mondiale, les jeunesses hitlériennes conditionnaient durement les enfants à « devenir de bons nazis ». Le conditionnement du Meilleur des mondes commence dès l’enfance et remplace ainsi l’école. A l’école, on instruit pour développer chez la personne savoir et réflexion et par la suite lui donner la possibilité de choisir son métier, mais, ici, chaque destin est déjà tout tracé et l’on s’assure que nul ne puisse en sortir. En 1932, la sexualité était un sujet tabou, tandis que dans Le Meilleur des mondes, on y familiarise les enfants en leur faisant faire des « jeux érotiques ». Mais ceux-ci ne sont pas dénués de sens car à travers ces jeux, l’Etat veut rendre la sexualité semblable à un loisir et ainsi éviter les sources de tension pour ces futurs adultes. Aujourd’hui, « la libération sexuelle » bat son plein et les partenaires se multiplient, cependant la sexualité enfantine est encore tabou. Dans notre société, tout le monde a déjà passé de mauvaises périodes dans sa vie. Pour oublier leur malheur ou l’atténuer, certaines personnes se mettent alors à fumer, à boire ou à se droguer. Dans Le Meilleur des mondes, on assiste à une banalisation totale de la drogue. L’Etat a trouvé la drogue parfaite, le soma : elle lui permet de garder les gens heureux donc de les garder disponibles pour l’économie et elle est sans effets secondaires, bien que l’espérance de vie ne soit que de soixante ans (ainsi, le problème des retraites est résolu !). Comme la drogue actuelle, le soma a rendu addictive toute la population qui se battrait pour en avoir. Ainsi, dès qu’une petite contrariété apparaît, on prend « un gramme de soma ». Huxley est ici très réaliste, car, aujourd’hui, une personne qui se drogue a besoin de sa dose par jour. On a affaire ici à une simple généralisation de ce cas qui pourrait être rendu possible à cause de la banalisation de la drogue. Nous sommes aujourd’hui dans une société de consommation où le progrès augmente sans cesse et en particularité dans le domaine des loisirs. C’est exactement le cas dans la société du Meilleur des mondes où les loisirs sont omniprésents et toujours collectifs, avec des appareils très sophistiqués. Ainsi les gens sont obligés d’acheter des appareils très chers et l’on se rend compte de nos jours que les appareils « High Tech » sont, eux aussi, de plus en plus chers et que l’on en est dépendant, comme par exemple les téléphones portables ou les ordinateurs. La vie de la société est rythmée par des cérémonies religieuses en l’honneur du « grand être ». On en a un aperçu avec Bernard Marx, lors de l’office de solidarité où l’on peut juger de la folie de ce monde. On drogue les gens et on leur fait faire des choses dont ils ne seraient pas capables en temps normal. On les rend heureux de s’imaginer la venue de l’être vénéré et ils en ressortent plein de joie. Ces cérémonies pourraient s’apparenter à celles de sectes ou au culte de la personnalité d’un dictateur. Ainsi, la société du Meilleur des mondes est contrôlée et manipulée mentalement, psychologiquement, socialement et sur le plan religieux. L’école est supprimée au profit d’une éducation basique et stéréotypée, mais directement utile à la société. Tout le monde est content et l’Etat évite les problèmes. Aldous Huxley nous montre ce qui pourrait arriver avec la mondialisation. Alors qu’aujourd’hui on se dirige économiquement vers ce phénomène, avec la création d’unions entre états et une augmentation des échanges internationaux, dans le Meilleur des mondes, la mondialisation est à l’extrême. Le monde est unitaire ; à force de se rassembler, les états ont fini par disparaître au profit d’un seul Etat avec Londres pour capitale. Le monde est contrôlé par six administrateurs qui ont tous les pouvoirs. On est revenu au règne des rois avec une seule et unique devise : « Communauté, Identité, Stabilité ». Aujourd’hui, la langue la plus parlée est l’anglais. C’est la langue qui permet de se faire comprendre partout. Mais pour cela, il faut l’apprendre, en plus de sa langue nationale. En l’an 632 de N.F, il n’existe plus qu’une seule langue. Les autres langues sont dites mortes. Huxley montre qu’à force de mondialiser, on va finir par supprimer les langues, caractéristiques de chaque pays, et c’est le cas actuellement, avec l’allemand, par exemple, qui est de moins en moins parlé. Il existe dans le monde de nombreuses religions ayant chacune ses caractéristiques, sa culture et son histoire. Or, dans le Meilleur des mondes, comme pour les langues, il n’y a qu’une seule religion, avec au centre un simple individu, « Notre Ford ». Il n’y a plus de dieux ou de personnes connues et admirées autres que Ford. Seule sa personne, même décédée est importante. Il est présent dans les dates, les fêtes, les bâtiments et on ne jure que par lui. Huxley montre donc les dangers de la mondialisation. A force de vouloir tout unifier, on fait disparaître la culture de chaque état et ainsi l’histoire du monde. Avoir une société ignorante et soumise est ce que veut toute dictature et c’est pourquoi cet état n’est rien d’autre qu’un état totalitaire. Un état totalitaire est un état où tout est contrôlé par le gouvernement. Quand Huxley a écrit son livre, c’était le cas de la Russie et l’on sent l’inspiration car le nom de certains personnages ressemble à celui de personnages historiques : Bernard Marx pour Karl Marx, créateur du matérialisme et grand révolutionnaire ou encore Lenina pour Lénine. Dans ce roman, tout est contrôlé par les administrateurs et rien ne se fait sans leur accord. Ils vérifient également chaque livre ou film, comme dans toute dictature. Le savoir et la culture sont censurés car il faut des imbéciles heureux qui ne se donnent pas la peine de se demander si ce ne serait pas mieux ailleurs ou autrement. Dans la société du Meilleur des mondes, la totalité du savoir est censurée. Seuls les livres écrits par Ford sont disponibles et il n’y a que trois médias dirigés par le gouvernement. La société ne connaît que ce qu’il y a de bien dans ce système politique et d’après les administrateurs, « L’Histoire c’est de la blague », moins on en sait, mieux on se porte. Alors qu’aujourd’hui les personnes dites « dangereuses pour la société » sont mises en prison ou exécutées, l’état mondial a trouvé une méthode plus « douce ». Les personnes dérangeantes sont envoyées sur des îles où elles seraient alors « libres » mais coupées de tout. C’est le cas de Bernard qui, au fil du livre, est de plus en plus dangereux par son comportement individualiste qui ressemble à celui d’aujourd’hui. Lors de l’entretien entre Mustapha Menier, Bernard Marx et Helmholtz, on apprend que les administrateurs sont conscients de leur dictature et qu’ils préféreraient qu’il en soit autrement, mais la liberté est sacrifiée pour « le bien de la société ». Ainsi Huxley montre le machiavélisme pragmatique des dirigeants qui conduit à la pire des dictatures, celle qui asservit les peuples avec leur contentement comme consentement : un totalitarisme « doux ». Le Meilleur des mondes est donc un avertissement pour la société d’aujourd’hui car
Aldous Huxley nous montre que le progrès scientifique n’est pas qu’une révolution bénéfique,
comme beaucoup de monde le pense, mais peut devenir un moyen de contrôler entièrement la
société par manipulations de tous ordres, au profit d’une « élite ». A force de trop se
développer, la technologie finira par favoriser les dictatures et déshumaniser les hommes.
Dans une période de pleine mondialisation, il va falloir faire attention que la culture, l’esprit
critique et la mémoire persistent. A travers son roman, Huxley nous montre la réalité sur le
progrès et nous fait réagir. Veut-on finir comme dans le roman ? Le bonheur « obligatoire »
par le loisir, la drogue et le conditionnement n’est-il pas le pire des malheurs ?
Nicolas, 2nde 7, février 2010

Source: http://www.weblettres.net/blogs/uploads/r/Roumegoux/18255.pdf

Microsoft word - 4_ivg_medecine_generale_cadart.doc

Une pratique d'Interruption Médicamenteuse de Grossesse en médecine générale Michel Cadart Quelques mots concernant ma pratique de médecin généraliste se rapportant à l'IVG Médecin au MFPF d'Avignon, j'ai dès la loi de 2001 été intéressé par la possibilité d'organiser des IVG dans le cadre de ma pratique. J'ai attendu 2004 pour l'envisager réellement. Cela semble long, ma

Microsoft word - web page.scient….vital wrap.doc

Vital Wrap — Scientific Evidence There is significant scientific evidence that the application of heat can be effectivefor pain control, and helps to improve range of motion, and possibly wound healing. (ref. 1-4)Most insurers, including Medicare (ref 1-2), recognize the benefits of heat: as stated onthe Aetna website "general indications for therapeutic heat include pain, muscle spasm,

Copyright © 2010-2014 Pharmacy Pills Pdf