Medicamentsen-ligne vous propose les traitements dont vous avez besoin afin de prendre soin de votre santé sexuelle. Avec plus de 6 ans d'expérience et plus de 90.000 clients francophones, nous étions la première clinique fournissant du acheter viagra original en France à vente en ligne et le premier vendeur en ligne de Viagra dans le monde. Pourquoi prendre des risques si vous pouvez être sûr avec Medicamentsen-ligne - Le service auquel vous pouvez faire confiance.

Protocoles de l’académy of breastfeeding medicine

Protocoles de l’Academy of Breastfeeding Medicine Utilisation des antidépresseurs chez les mères allaitantes Clinical Protocol Number 18 – Use of antidepressants in nursing mothers.
Comité des Protocoles de l’Academy of Breastfeeding Medicine. Breastfeed Med 2008; 3(1); 44-52.
L’un des principaux objectifs de l’Academy of Breastfeeding Medicine est le développement de protocoles cliniques portant sur le suivi de problèmes médicaux courants pouvant avoir un impact sur le succès de l’allaitement. Ces protocoles sont destinés uniquement à servir de recommandations pour le suivi des mères allaitantes et de leurs enfants, et ne constituent pas un mode exclusif de traitement ou un standard pour les soins médicaux. Des variations dans le traitement pourront être appropriées en fonction des besoins individuels du patient.
Dans la mesure où on estime que 5 à 25% des femmes expérimenteront une dépression pendant la première année post-partum (1, 3), il est essentiel que les professionnels de santé considèrent toutes les options du traitement, y compris les risques et les avantages pour les mères allaitantes. De nombreux professionnels de santé connaissent les effets à court et à long terme que peut avoir la dépression du post-partum sur les mères et les enfants (4-6). En dépit de cela, la dépression du post-partum est souvent non diagnostiquée et non traitée (2). La dépression du post-partum est une maladie que l’on peut traiter. Les diverses options incluent la psychothérapie (cognitive-comportementale, psychothérapie interpersonnelle – 7-9), les antidépresseurs (8, 10, 11) ou une combinaison de médicaments et de thérapie (8). Le choix de l’approche thérapeutique pourra être influencé par de nombreux facteurs, y compris le souhait d’allaiter de la mère. Des femmes pourront ne pas recevoir de traitement médical, ou en recevoir un à des posologies inadéquates parce qu’elles allaitent, ou pourront décider de ne pas allaiter parce qu’elles se posent des questions sur l’utilisation des médicaments pendant l’allaitement. Il est absolument nécessaire de prendre en compte les risques liés à une dépression non traitée, les risques du traitement pour l’enfant et sa mère, et les bénéfices du traitement. Ce protocole discute de l’importance de rechercher activement la dépression du post-partum, de la diagnostiquer lorsqu’elle est présente, de la détermination du traitement, et elle fait spécifiquement le point sur les traitements médicaux pour lesquels il existe suffisamment de données pour faire des recommandations (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, antidépresseurs tricycliques et hétérocycliques). Nous reconnaissons que le problème est complexe, et qu’il y a de nombreux autres facteurs qui ont un impact sur les soins aux femmes souffrant de dépression du post-partum, mais les aborder dépasse le cadre de ce protocole.
Approche clinique d’identification de la dépression du post-partum La dépression du post-partum est souvent non reconnue par les mères et les professionnels de santé (2, 12-14). Les symptômes de dépression – humeur dépressive, troubles du sommeil, perte de poids, fatigue, difficultés de concentration, anxiété, perte d’intérêt pour les activités habituelles – peuvent être difficile à distinguer de ce que vit normalement une nouvelle mère. Il est également important de différencier les mères qui souffrent de dépression du post-partum de celles qui présentent un baby-blues, dans la mesure où un diagnostic faussement positif sera à l’origine d’un traitement inutile. Afin de distinguer la dépression du baby-blues, la durée (> 2 semaines, toute la journée presque tous les jours) et la sévérité (handicap fonctionnel) doivent être évaluées (15).
Pour de nombreuses femmes, le fait de reconnaître qu’elles ressentent autre chose que du bonheur après la naissance de leur enfant peut être dévastateur ou embarrassant. Si une mère ressent l’envie de se faire du mal ou d’en faire à son bébé, elles a souvent peur d’en faire part à son obstétricien, à son médecin de famille, au pédiatre, à la sage-femme, à la puéricultrice, ou à tout autre professionnel de santé, de crainte d’être cataloguée comme « folle », ou qu’on lui retire son bébé. En conséquence, de nombreuses femmes ne feront pas part de leurs difficultés, voire même de les identifieront pas comme étant un problème, tant qu’un professionnel de santé ne leur posera pas des questions spécifiques ou n’utilisera pas un outil de dépistage (voir table 1). Suivant les régions et les pays, il est fréquent pour les femmes d’être suivies en post-partum par des professionnels de santé autres que des médecins. En pareil cas, la communication entre ces autres professionnels de santé et les médecins pourrait être cruciale pour faire un diagnostic correct et démarrer à temps un traitement.
Table 1. Recommandations pour identifier les femmes souffrant de dépression du post-partum
La méthode préférée pour identifier les femmes souffrant de dépression du post-partum est l’utilisation systématique d’un outil de dépistage validé, tel que l’Echelle de dépression post-natale d’Edinburgh (16), ou l’Echelle d’évaluation de la dépression du post-partum (17-19) à la visite obstétricale du post-partum et à toutes les visites de suivi de l’enfant pendant la première année post-partum.
Demander à la mère si elle se sent « vidée » ou anxieuse. De nombreuses femmes souffrant de dépression du post-partum rapportent l’anxiété comme premier symptôme, plutôt qu’une humeur dépressive ou l’impossibilité de se sentir heureuse. Des inquiétudes excessives de la mère sur sa santé ou celle de son bébé devraient induire des questions.
Demander à la mère si elle a des difficultés à dormir même quand elle est épuisée et que son enfant dort (20) ou si au contraire elle dort tout le temps et a du mal à sortir du lit.
Demander à la mère si elle a perdu ou pris du poids. De nombreuses femmes souffrant de dépression du post-partum font état d’une perte de l’appétit, mais elles mangent parce qu’elles ont besoin de garder des forces pour s’occuper de leur enfant. Certaines mères prennent du poids.
Demander franchement à la mère, mais d’une façon non culpabilisante, si elle éprouve l’envie ou la peur de faire du mal à son bébé. Par exemple, « De nombreuses nouvelles mères se sentent anxieuses au sujet de leur nouveau bébé. Elles peuvent avoir des pensées inhabituelles ou effrayantes, elles peuvent craindre de faire du mal à leur bébé. Est-ce que cela vous arrive ? » (21). Les mères qui ont des pensées intrusives ne veulent pas faire de mal à leur bébé, et évitent les situation qui leur font peur (par exemple, une mère qui a peur que son bébé se noie ne baignera pas son bébé, et le fera baigner par son compagnon). Il est important de distinguer la femme souffrant de dépression du post-partum dont les pensées intrusives ou la peur de faire du mal à son bébé sont juste déplacées, la mère souhaitant que son bébé soit en sécurité, de la mère qui souffre de psychose du post-partum, qui est délirante, et qui pourra avoir l’idée de faire du mal à son bébé pour « le sauver du diable ou lui éviter une vie de tourments ». Les mères délirantes ont un risque élevé de faire du mal à leur enfant ou à elles-mêmes, et elles doivent être immédiatement évaluées par un psychiatre (22).
Demander à la mère si elle a des problèmes ou des questions sur l’adaptation à un nouveau bébé.
Observer les interactions entre la mère et son enfant, y compris la capacité de réponse de la mère à l’enfant Des difficultés d’allaitement, ou le fait de ne pas éprouver de plaisir à allaiter, peuvent être un signal d’alarme à évaluer plus en détail.
Approche clinique du traitement de la dépression du post-partum Quand une dépression du post-partum est diagnostiquée chez une femme, le choix du traitement doit être considéré. Si l’absence de traitement est une option, ce n’est pas l’approche à préférer. La dépression du post-partum peut durer pendant des mois ou des années, et avoir un impact à long terme sur la santé et le bien-être des mères et des enfants (4, 5, 9, 23). Chez les mères allaitantes souffrant de dépression légère à modérée, le traitement de première intention est la psychothérapie si cette option est disponible. La psychothérapie peut être un traitement efficace chez les femmes souffrant de dépression du post-partum, et elle ne présente aucun risque pour l’enfant. La psychothérapie peut également avoir l’avantage d’induire des changements durables dans les mécanisme de gestion et d’adaptation au nouveau rôle de mère. Si une psychothérapie n’est pas faisable en pratique, si elle est inacceptable pour la mère, ou si les symptômes sont sévères, les antidépresseurs sont une option efficace. La méthode de choix d’un antidépresseur se fonde sur divers facteurs. Aucun antidépresseur n’a été démontré comme étant plus sûr ou plus efficace qu’un autre en post-partum ou pendant la lactation. La majorité des médicaments sont excrétés dans le lait, y compris tous les antidépresseurs. Les données utilisées pour prendre une décision clinique proviennent essentiellement de présentation de cas ou de séries de cas. En conséquence, le choix du traitement initial devrait être fondé sur une approche clinique informée qui prend en compte les précédents traitements pour dépression de la patiente, les symptômes visés, les antécédents familiaux de dépression et leur réponse aux antidépresseurs, les problèmes médicaux passés et présents, les autres traitements médicaux suivis, les allergies, les effets secondaires des traitements, et les souhaits de la mère. Une analyse individualisée risques/bénéfices du traitement doit être effectuée (voir table 2 – 28).
Table 2. Risques et bénéfices d’un traitement antidépresseur chez une femme allaitante
Les risques liés à l’absence de traitement d’une dépression du post-partum sont : L’éventuelle augmentation de la sévérité des symptômes, y compris la détérioration du fonctionnement et les pensées (voire les actes) violents dirigés contre soi ou contre les autres L’impact sur le développement de l’enfant (comportemental, social et cognitif) Les risques liés au traitement antidépresseurs sont : Maternels : effets secondaires des médicaments, interactions médicamenteuses potentielles Infantiles : exposition via le passage dans le lait maternel, données limitées sur l’impact à long terme sur le développement de l’enfant Les bénéfices du traitement sont la disparition des symptômes de dépression, ce qui est susceptible d’augmenter l’estime de soi chez la mère, d’améliorer le parentage, les interactions mère-enfant, et le développement de l’enfant (24).
Les bénéfices médicaux et psychologiques de l’allaitement pour les enfants et les mères sont bien documentés (25-27). Cela pourrait être particulièrement important pour les mères déprimées en raison du sentiment d’accomplissement que donne l’allaitement, et de la participation active et positive de la mère aux soins et au développement de l’enfant.
Les risques de l’allaitement pour une mère déprimées doivent être pris en compte et peuvent inclure : La privation de sommeil due à la totale dépendance de l’enfant, qui peut exacerber ou précipiter les Les sentiments de culpabilité et d’anxiété que pourra ressentir la mère allaitante qui prend des médicaments à l’idée qu’elle expose son bébé aux médicaments peut exacerber les symptômes de dépression.
Facteurs cliniques affectant le choix de l’antidépresseur Il n’existe pas d’algorithme pour le choix d’un antidépresseur en post-partum ou pendant l’allaitement. Toutefois, des articles écrits par des experts en la matière donnent des recommandations cliniques (28-29).
Obtenir un historique des précédents traitements antidépresseurs. En général, si un traitement a été efficace et bien toléré dans le passé, et s’il n’y a pas de contre-indications actuelles, il est probablement le traitement de première intention.
Obtenir un historique familial des antécédents de dépression. L’historique d’un membre de la famille proche peut être une indication de la réponse de la mère au traitement.
Prendre en compte les principaux symptômes que le produit devra cibler, et les effets secondaires potentiel de l’antidépresseur. Par exemple, si une mère est particulièrement anxieuse, un produit qui peut aggraver l’anxiété ne sera pas le premier choix. Si la mère souffre d’hypersomnie, un produit qui a un impact sédatif comme effet secondaire ne sera pas le premier choix. Si une mère a des troubles somatiques tels que des nausées ou une diarrhée, un produit dont les effets secondaires incluent la diarrhée ne sera pas le traitement de première intention.
Choisir un antidépresseur pendant l’allaitement Lorsqu’on envisage un traitement médical quel qu’il soit pendant l’allaitement, le prescripteur doit prendre en compte les facteurs qui influenceront le taux sérique de l’enfant, marqueur le plus fiable de l’exposition de l’enfant. Les facteurs qui influencent le passage du produit dans le lait doivent être considérés (mode d’administration, taux d’absorption, demi-vie, pic plasmatique, rapidité de métabolisation, volume de distribution, poids moléculaire, degré d’ionisation, pH plasmatique (7,4) et lacté (6,8), hydro ou liposolubilité, fixation plus importante aux protéines plasmatiques qu’aux protéines lactées), ainsi que les facteurs qui influencent la quantité de produit absorbée par l’enfant (production lactée, colostrum versus lait mature, taux lacté du produit, façon dont le sein avait été vidé à la précédente tétée), et la capacité du bébé à absorber, métaboliser et excréter le produit. Des informations de bonne qualité sur l’utilisation de médicaments chez la femme allaitante sont disponibles dans la section TOXNET de Lactmed, à l’adresse suivante : La plupart des études sur les antidépresseurs donnent des taux lactés, ou un rapport lait/plasma, qui ne sont pas constants et dépendent de facteurs tels que la posologie, la fréquence, la durée de la prise, les variations maternelles dans les prises, les interactions médicamenteuses, et les caractéristiques génétiques maternelles. Peu d’études recherchent le taux plasmatique chez l’enfant, en dépit du fait que c’est le meilleur marqueur de son exposition. La plupart des études estiment que la quantité quotidienne absorbée par l’enfant (calculée à partir de la dose maternelle et du taux lacté) est sans danger si elle ne dépasse pas 10% de la dose thérapeutique infantile (ou de la dose adulte ajustée pour le poids).
D’après les données d’une méta-analyse récente, tous les antidépresseurs étaient détectables dans le lait maternel, mais tous n’étaient pas détectables dans le sérum des enfants (30). Les taux sériques infantiles de nortriptyline, de paroxétine et de sertraline étaient indétectable dans la plupart des cas. Les taux sériques de citalopram et de fluoxétine excédaient les 10% estimés comme sans danger dans respectivement 17% et 22% des cas. Peu d’effets secondaires ont été rapportés avec les antidépresseurs quels qu’ils soient. Il n’y a cependant pas suffisamment de cas pour tous les autres antidépresseurs pour conclure.
Les IRS sont les antidépresseurs les plus prescrits. Cette classe comprend le citalopram (20-60 mg), l’escitalopram (10-20 mg), la fluoxétine (20-80 mg), la fluvoxamine (50-300 mg), la paroxétine (20-60 mg) et la sertraline (50-200 mg). Les IRS améliorent la dépression et l’anxiété en bloquant les transporteurs de la sérotonine, et en augmentant la disponibilité de la sérotonine au niveau des synapses. Ces produits sont habituellement prescrits pour les troubles dépressifs ou anxieux, mais il peuvent également l’être pour la fibromyalgie, les douleurs neuropathiques, et les troubles prémenstruels. Les effets secondaires courants sont des troubles gastro-intestinaux, des céphalées, un dysfonctionnement sexuel, de la nervosité ou de la sédation. Sauf la fluoxétine qui a une demi-vie de 4 à 6 jours, la plupart des IRS ont une demi-vie de 24 à 48 heures. Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSNA) sont une nouvelle classe structurellement proche d’antidépresseurs, qui sont de plus en plus utilisés parce qu’ils semblent être plus efficaces avec moins d’effets secondaires, en particulier pour les douleurs neuropathiques. Dans la mesure où les IRS sont utilisés depuis plus longtemps et qu’il existe davantage de données concernant leur utilisation pendant l’allaitement, cet article portera sur les IRS.
Tous les IRS ont été retrouvés dans le lait maternel, bien que la paroxétine (31-33) et la sertraline (33-38) n’induisent pas de taux sérique détectable chez le bébé (30). Aucun de ces produits n’était excrété dans le lait à un taux excédant le taux recommandé de 10% de la posologie maternelle. En revanche, la fluoxétine (39-44) dans 22% des cas, et le citalopram (33, 45, 46) dans 17% des cas étaient excrétés dans le lait à des taux excédant 10% de la posologie maternelle (30). Il n’y a pour ainsi dire aucun cas rapporté concernant l’escitalopram, et peu de cas concernant la fluvoxamine (47-52) chez des mères allaitantes, probablement parce que l’escitalopram est un produit récent, et que la principale indication de la fluvoxamine est le traitement des troubles obsessionnels compulsifs et non la dépression, et qu’elle est donc moins souvent utilisée. Dans la plupart des études, aucun effet secondaire n’a été rapporté chez les bébés suite à l’utilisation de ces produits. Les quelques effets secondaires rapportés étaient des difficultés d’endormissement, des coliques, une irritabilité, une tétée peu efficace, et une somnolence (53-55). Dans un cas, un bébé a présenté des convulsion alors que sa mère était traitée par fluoxétine (56). Toutefois, il était impossible de dire que la fluoxétine était à l’origine de ces convulsions, dans la mesure où la mère prenait d’autres médicaments, et où le taux sérique de l’enfant n’a pas été mesuré.
Bien que l’association entre la fluoxétine et les effets observés est incertaine, l’impact à long terme de ce puissant inhibiteur de la recapture de la sérotonine sur le développement et le neurocomportement pendant une période où le système nerveux central se développe rapidement n’a été correctement étudié, ni celui d’aucun des autres IRS (57). De plus, la prise de poids plus faible constatée par une étude pourrait avoir une importance clinique dans certains cas, et cela devrait donc être suivi soigneusement chez tous les bébés allaités dont la mère prend de la fluoxétine (58). La Food and Drug Administration américaine a recommandé au fabricant de réviser la notice de la fluoxétine pour y inclure une mise en garde contre son utilisation par les mères allaitantes (59). La notice actuelle inclut cette mise en garde.
En gardant toutes ces informations en tête, la sertraline et la paroxétine sont souvent les plus susceptibles d’être prescrites, en raison de leur taux proche de zéro dans le lait maternel, en se fondant sur la présomption que l’impact sur le système nerveux de l’enfant sera plus bas que celui d’autres IRS dont le taux lacté est plus élevé.
Tricycliques imipraminiques et hétéroxycliques
Les tricycliques (amitriptyline, amoxapine, clomipramine, desipramine, doxépine, maprotiline, nortriptyline, protriptyline et trimipramine) sont l’une des classes d’antidépresseurs les plus anciennes. Ils sont efficaces pour traiter les troubles dépressifs et anxieux, et ils sont souvent utilisés à faibles doses comme sédatifs ou contre les douleurs chroniques. Leur mode d’action est probablement en rapport avec le blocage du transporteur de la noradrénaline, ce qui augmente sa disponibilité au niveau des synapses. Ces produits bloquent également les pompes à recapture dopaminergiques et sérotoninergiques, ce qui peut contribuer à leur action thérapeutique. Malheureusement, ils bloquent également les récepteurs muscariniques cholinergiques, les récepteurs histaminiques H1, et les récepteurs alpha-1-adrénergiques, ce qui est très probablement la raison de leurs nombreux et désagréables effets secondaires. En dépit de leur efficacité et de leur faible coût, ils sont utilisés moins souvent que les IRS en raison de leurs effets secondaires ; ils peuvent induire une hypotension, une sédation, une sensation de bouche sèche, une rétention urinaire, une prise de poids, des troubles sexuels et de la constipation. De plus, en cas d’overdose, ces produits peuvent provoquer une arythmie cardiaque et le décès. Dans cette classe de produits, seule la nortriptyline a donné lieu à suffisamment de rapports de cas sur son utilisation pendant la lactation. Dans la plupart des cas, la nortriptyline est indétectable dans le sérum des bébés. Son métabolite a été détecté, mais aucun effet secondaire n’a été rapporté (60-62). Il n’existe pas suffisamment de rapports de cas sur les autres produits. Toutefois, l’utilisation de la doxépine est souvent déconseillée en raison d’un cas d’hyptonie, de succion faible, de vomissements et de sédation rapporté chez un enfant allaité, les symptômes ayant disparu après l’arrêt de l’allaitement 63).
Autres antidépresseurs
D’autres antidépresseurs courants sont la mirtazapine, un antidépresseur qui agit en bloquant les récepteurs présynaptiques noradrénergiques qui contrôlent la sécrétion d’adrénaline et de sérotonine, la venlafaxine (33, 64) et la duloxétine, qui sont des IRSNA, et le bupropion, qui est un inhibiteur de la recapture de la noradrénaline et de la dopamine. Il existe quelques rapports de cas pour ces produits (65-66), et il n’en existe pas suffisamment pour permettre de détecter un effet secondaire significatif chez le bébé allaité. Un cas de convulsions chez un bébé exposé au bupropion via le lait maternel a été rapporté, mais le rapport de cause à effet n’est pas assuré (67).
Phytothérapie et produits naturels
Le millepertuis, une plante, est utilisé depuis des années pour le traitement de la dépression légère à modérée, en particulier en Europe. Son utilisation comme antidépresseur est controversée aux Etats Unis. Il n’existe qu’une étude portant sur un nombre suffisant de cas (68). Dans cette étude, la prévalence des coliques, de la somnolence et de la léthargie était plus élevée dans le groupe millepertuis que dans le groupe témoin, mais un biais confondant était la prise concomitante d’autres antidépresseurs dans le groupe étudié. Aucun effet à long terme n’a été constaté, ni aucun effet sur la production lactée.
Les acides gras en oméga-3 sont actuellement étudié pour le traitement de la dépression pendant la grossesse et le post-partum (69). Les acides gras en oméga-3 semblent présenter peu de risques pour les mères et les enfants, dans la mesure où ils sont des éléments naturels essentiels de l’alimentation, et qu’il y a souvent des carences pendant la grossesse et l’allaitement. Le principal effet secondaire est de donner une odeur de poisson, et le manque de données permettant d’assurer avec certitude qu’ils constituent un traitement de la dépression.
Il n’existe pas de données ou peu de données permettant de penser que les traitements ethniques ou régionaux sont sans danger ou efficaces. En conséquence, leur prescription par des professionnels de santé est fortement déconseillée.
Recommandations pour le traitement antidépresseurs de mères allaitantes Les données actuelles permettent de penser que la dépression maternelle non traitée peut avoir un impact sérieux et à long terme chez les mères et les enfants, et que le traitement pourra améliorer les choses pour les mères et les enfants. En conséquence, il est fortement recommander de la traiter.
Toutefois, il est important de ne pas porter le diagnostic de « dépression » chez des mères qui ne présentent qu’un « baby blues » modéré. Nous devons faire la distinction. Si les symptômes sont modérés, il n’y a pas de raison de démarrer un traitement antidépresseur pendant les 2 premières semaines post-partum.
Chaque fois que possible et lorsque les symptômes sont légers à modérés, la psychothérapie est le traitement de première intention chez les mères allaitantes, dans la mesure où elle ne présente aucun risque pour l’enfant. Les mères doivent être suivies, et la situation sera régulièrement réévaluée. En l’absence d’amélioration, ou en cas d’aggravation des symptômes, un traitement médicamenteux antidépresseur doit être envisagé.
La psychothérapie en plus d’un produit antidépresseur est recommandée chez les femmes présentant des Les femmes souffrant de symptômes modérés à sévères pourront demander à recevoir uniquement un médicament antidépresseur, et cela doit être pris en compte dans la mesure où les bénéfices du traitement sont probablement supérieurs aux risques du traitement pour la mère et l’enfant.
Il n’existe pas d’algorithme largement accepté pour la prise d’un antidépresseur pour le traitement de la dépression chez la mère allaitante. Une analyse individualisée des risques et des bénéfices sera effectuée dans chaque cas, qui prendra en compte les antécédents cliniques de la mère et la réponse au traitement, les risques d’une dépression non traitée, les risques et bénéfices de l’allaitement, les bénéfices du traitement, les risques connus et inconnus du traitement pour l’enfant, et les souhaits de la mère.
Si la mère n’a pas d’antécédents de traitement antidépresseur, un antidépresseur tel que la sertraline ou la paroxétine, pour qui on a constaté un faible taux dans le lait maternel et dans le sérum de l’enfant, et qui ont peu d’effets secondaires, est un premier choix approprié.
Si la mère a déjà été traitée avec succès avec un IRS, un tricyclique ou un IRSNA dans le passé, les données concernant cet antidépresseur particulier seront passées en revue dans la mesure où il devrait être considéré comme le traitement de première intention en l’absence de contre-indication.
Les mères devraient recevoir des informations sur les risques connus et inconnus du traitement et sur ses bénéfices, afin de pouvoir prendre une décision informée.
Les mères devraient être suivies étroitement pendant le début du traitement afin d’évaluer les modifications des symptômes, y compris leur aggravation. En particulier, les femmes qui souffrent de trouble bipolaire non diagnostiqué ont un risque plus élevé de présenter un épisode de dépression, de manie ou de psychose pendant le post-partum. Bien que ce soit rare, les mères et leurs compagnons devraient être avertis des symptômes à surveiller, comme une augmentation de l’insomnie, un délire, des hallucinations, une fuite des idées, un discours volubile, une hyperactivité, afin de contacter immédiatement un spécialiste des troubles mentaux.
Les bébés devraient être évalués avant le démarrage d’un nouveau traitement pendant l’allaitement, puis suivis soigneusement par le pédiatre, avec suivi régulier de la croissance. La recherche d’un taux sérique sur une base régulière n’est pas indiquée en l’absence d’indication clinique ou de problème.
Il existe des stratégies pour abaisser l’exposition de l’enfant, sur lesquelles il existe peu de données fiables, telles que prendre le produit immédiatement après une tétée, et tirer et jeter le lait pendant la période du pic sérique.
Conclusions et suggestions pour les futures recherches En dépit des nombreuses publications sur les antidépresseurs et l’allaitement, la littérature scientifique manque à la fois de largeur et de profondeur sur le plan des données qui permettraient aux cliniciens et aux mères de prendre des décisions en toute confiance sur un produit donné. De multiples analyses de la littérature suggèrent que les tricycliques et les IRS sont relativement sans danger, et toutes recommandent d’évaluer au cas par cas le rapport risques / bénéfices.
La littérature souffre de l’absence d’études randomisées sur n’importe quelle classe d’antidépresseur chez des femmes allaitantes. La majorité des études sont des rapports de cas ou des séries de cas, et la plupart portent sur des cohortes de petite taille. Les études qui portent sur des groupes plus importants (n > 25) portent essentiellement sur divers produits. Seulement 6 études contrôlées (une étude rétrospective – 70 – et cinq études prospectives – 42, 45, 46, 43, 71) comportaient un groupe témoin, dans certains cas un groupe non déprimé, ce qui n’était pas le cas des autres études. Aucune étude ne contrôlait de façon suffisante le niveau de dépression. De plus, la fiabilité des rapports de cas est limitée par des variables confondantes telles que l’exposition in utero, les âges variables des bébés, les temps variables entre la prise du médicament et le recueil des échantillons, l’absence d’information sur le taux du produit dans le lait de début de tétée versus le lait de fin de tétée, et l’absence d’informations sur la quantité de lait consommée en moyenne par l’enfant. La majorité des études donne des informations sur la quantité de produit détecté dans le lait et le sérum maternels. Certaines études donnent également des informations sur le taux sérique infantile du produit. Peu d’études donnent des informations sur le suivi comportemental de l’enfant.
Ce travail a été financé en partie par un don du Bureau de la Santé Maternelle et Infantile, Département de la Santé et des Services Humains.
1. O’Hara MW, Neunaber DJ, Zekoski EM. Prospective study of postpartum depression: Prevalence, course,and predictive factors. J Abnorm Psychol 1984;93: 158–171.
2. Chaudron LH, Szilagyi PG, Kitzman HJ, et al. Detection of postpartum depressive symptoms byscreening at well-child visits. Pediatrics 2004;113: 551–558.
3. Gaynes BN, Gavin N, Meltzer-Brody S, et al. Perinatal Depression: Prevalence, Screening Accuracy, and ScreeningOutcomes. Evidence Report/Technology Assessment No. 119. Prepared by the RTI–University of North Carolina Evidence-Based Practice Center, under Contract Number 290-02-0016. AHRQ Publication Number 05-E006-2. Agency for Healthcare Research and Quality, Rockville, MD, 2005.
4. Murray L, Hipwell A, Hooper R, et al. The cognitive development of 5-year-old children of postnatally depressedmothers. J Child Psychol Psychiatry 1996;37: 927–935.
5. Murray L, Sinclair D, Cooper P, et al. The socioemotional development of 5-year-old children of postnatallydepressed mothers. J Child Psychol Psychiatry 1999;40:1259–1271.
6. Kahn RS, Zuckerman B, Bauchner H, et al. Women’s health after pregnancy and child outcomes at age 3 years: a prospective cohort study. Am J Public Health 2002;92:1312–1318.
7. O’Hara MW, Stuart S, Gorman LL, et al. Efficacy of interpersonal psychotherapy for postpartum depression. Arch Gen Psychiatry 2000;57:1039–1045.
8. Appleby L, Warner R, Whitton A, et al. A controlled study of fluoxetine and cognitive-behavioral counselingin the treatment of postnatal depression. BMJ 1997;314:932–936.
9. Murray L, Cooper PJ, Wilson A, et al. Controlled trial of the short- and long-term effect of psychological treatment of post-partum depression: 2. Impact on the mother-child relationship and child outcome. Br J Psychiatry 2003;182:420–427.
10. Cohen LS, Viguera AC, Bouffard SM, et al. Venlafaxine in the treatment of postpartum depression. J Clin Psychiatry 2001;62:592–596.
11. Suri R, Burt VK, Altshuler LL, et al. Fluvoxamine for postpartum depression. Am J Psychiatry 2001;158: 1739–1740.
12. Bagedahl-Strindlund M, Monsen BK. Postnatal depression: A hidden illness. Acta Psychiatr Scand 1998;98:272–275.
13. Morris-Rush JK, Freda MC, Bernstein PS. Screening for postpartum depression in an inner-city population. Am J Obstet Gynecol 2003;188:1217–1219. 14. Heneghan AM, Silver EJ, Bauman LJ, et al. Do pediatricians recognize mothers with depressive symptoms? Pediatrics 2000;106:1367–1373.
15. American Psychiatric Association. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders-IV-TR, 4th edition. American Psychiatric Publishing, Washington, DC, 2000.
16. Cox JL, Holden JM, Sagovsky R. Detection of postnatal depression. Development of the 10-item Edinburgh Postnatal Depression Scale. Br J Psychiatry 1987; 150:782–786.
17. Beck CT, Gable RK. Postpartum Depression Screening Scale: development and psychometric testing. Nurs Res 2000;49:272–282.
18. Beck CT, Gable RK. Comparative analysis of the performance of the Postpartum Depression Screening Scale with two other depression instruments. Nurs Res 2001;50:242–250.
19. Beck CT, Gable RK. Further validation of the Postpartum Depression Screening Scale. Nurs Res 2001;50: 155–164.
20. Chaudron LH, Klein MH, Remington P, et al. Predictors, prodromes and incidence of postpartum depression. J Psychosom Obstet Gynecol 2001;22:103–112. 21. Wisner KL, Peindl KS, Gigliotti T, et al. Obsessions and compulsions in women with postpartum depression. J Clin Psychiatry 1999;60:176–180.
22. Spinelli MG. A systematic investigation of 16 cases of neonaticide [see comment]. Am J Psychiatry 2001;158: 811–813.
23. Sinclair D, Murray L. Effects of postnatal depression on children’s adjustment to school. Teacher’s reports. Br J Psychiatry 1998;172:58–63. 24. Weissman MM, Pilowsky DJ, Wickramaratne PJ, et al. Remissions in maternal depression and child psychopathology:a STAR*D-child report. JAMA 2006; 295:1389–1398.
25. Scariati PD, Grummer-Strawn LM, Fein SB. A longitudinal analysis of infant morbidity and the extent of breastfeeding in the United States. Pediatrics 1997;99:e5.
26. Dell S, To T. Breastfeeding and asthma in young children: findings from a population-based study. Arch Pediatr Adolesc Med 2001;155:1261–1265.
27. Dignam DM. Understanding intimacy as experienced by breastfeeding women. Health Care Women Int 1995;16:477–485.
28. Burt VK, Suri R, Altshuler L, et al. The use of psychotropic medications during breast-feeding. Am J Psychiatry 2001;158:1001–1009.
29. Hendrick V, Burt VK, Altshuler LL. Psychotropic guidelines for breast-feeding mothers. Am J Psychiatry 1996;153:1236–1237.
30. Weissman AM, Levy BT, Hartz AJ, et al. Pooled analysis of antidepressant levels in lactating mothers, breast milk, and nursing infants. Am J Psychiatry 2004;161:1066–1078.
31. Misri S, Kim J, Riggs KW, et al. Paroxetine levels in postpartum depressed women, breast milk, and infant serum. J Clin Psychiatry 2000;61:828–832. 32. Stowe ZN, Cohen LS, Hostetter A, et al. Paroxetine in human breast milk and nursing infants. Am J Psychiatry 2000;157:185–189.
33. Berle JO, Steen VM, Aamo TO, et al. Breastfeeding during maternal antidepressant treatment with serotonin reuptake inhibitors: Infant exposure, clinical symptoms, and cytochrome p450 genotypes. J Clin Psychiatry 2004;65:1228–1234.
34. Epperson CN, Anderson GM, McDougle CJ. Sertraline and breast-feeding. N Engl J Med 1997;336:1189-1190.
35. Stowe ZN, Owens MJ, Landry JC, et al. Sertraline and desmethylsertraline in human breast milk and nursing infants. Am J Psychiatry 1997;154:1255–1260.
36. Epperson N, Czarkowski KA, Ward-O’Brien D, et al. Maternal sertraline treatment and serotonin transport in breast-feeding mother-infant pairs. Am J Psychiatry 2001;158:1631–1637.
37. Wisner KL, Perel JM, Blumer J. Serum sertraline and N-desmethylsertraline levels in breast-feeding mother-infant pairs. Am J Psychiatry 1998;155:690–692.
38. Dodd S, Stocky A, Buist A, et al. Sertraline analysis in the plasma of breast-fed infants. Aust N Z J Psychiatry 2001;35:545–546.
39. Ito S, Koren G. Antidepressants and breast-feeding [see comment]. Am J Psychiatry 1997;154:1174. 40. Kristensen JH, Ilett KF, Hackett LP, et al. Distribution and excretion of fluoxetine and norfluoxetine in human milk. Br J Clin Pharmacol 1999;48:521–527. 41. Epperson CN, Jatlow PI, Czarkowski K, et al. Maternal fluoxetine treatment in the postpartum period: Effects on platelet serotonin and plasma drug levels in breastfeeding mother-infant pairs. Pediatrics 2003; 112:e425. 42. Heikkinen T, Ekblad U, Palo P, et al. Pharmacokinetics of fluoxetine and norfluoxetine in pregnancy and lactation. Clin Pharmacol Ther 2003;73:330–337. 43. Hendrick V, Stowe ZN, Altshuler LL, et al. Fluoxetine and norfluoxetine concentrations in nursing infants and breast milk. Biol Psychiatry 2001;50:775–782. 44. Suri R, Stowe ZN, Hendrick V, et al. Estimates of nursing infant daily dose of fluoxetine through breast milk. Biol Psychiatry 2002;52:446–451.
45. Heikkinen T, Ekblad U, Kero P, et al. Citalopram in pregnancy and lactation. Clin Pharmacol Ther 2002;2: 184–191.
46. Lee A, Woo J, Ito S. Frequency of infant adverse events that are associated with citalopram use during breastfeeding.
Am J Obstet Gynecol 2004;190:218–221.
47. Arnold LM, Suckow RF, Lichtenstein PK. Fluvoxamine concentrations in breast milk and in maternal and infant sera. J Clin Psychopharmacol 2000;20:491–493.
48. Hagg S, Granberg K, Carleborg L. Excretion of fluvoxamine into breast milk. Br J Clin Pharmacol 2000;49: 286–288.
49. Hendrick V, Fukuchi A, Altshuler L, et al. Use of sertraline, paroxetine and fluvoxamine by nursing women. Br J Psychiatry 2001;179:163–166.
50. Piontek CM, Wisner KL, Perel JM, et al. Serum fluvoxamine levels in breastfed infants. J Clin Psychiatry 2001;62:111–113.
51. Yoshida K, Smith B, Kumar RC. Fluvoxamine in breast-milk and infant development. Br J Clin Pharmacol 1997;44:210–211.
52. Wright S, Dawling S, Ashford JJ. Excretion of fluvoxamine in breast milk. Br J Clin Pharmacol 1991;31:209.
53. Lester BM, Cucca J, Andreozzi L, et al. Possible association between fluoxetine hydrochloride and colic in an infant. J Am Acad Child Psychiatry 1993;32:1253–1255.
54. Merlob P, Stahl B, Sulkes J. Paroxetine during breastfeeding: Infant weight gain and maternal adherence to counsel. Eur J Pediatr 2004;163:135–139.
55. Schmidt K, Olesen OV, Jensen PN. Citalopram and breast-feeding: Serum concentration and side effects in the infant. Biol Psychiatry 2000;47:164–165.
56. Brent NB, Wisner KL. Fluoxetine and carbamazepine concentrations in a nursing mother/infant pair. Clin Pediatr 1998;37:41–44.
57. Drug Safety Site.com. Fluoxitine.om/fluoxetine. Last accessed November 27, 2007.
58. Chambers CD, Anderson PO, Thomas RG, et al. Weight gain in infants whose mothers take fluoxetine. Pediatrics 1999;104:e61.
59. Nightingale SL. Fluoxetine labeling revised to identify phenytoin interaction and to recommend against use in nursing mothers. JAMA 1994;271:1067.
60. Wisner KL, Perel JM. Nortriptyline treatment of breast-feeding women. Am J Psychiatry 1996;153:295. 61. Wisner KL, Perel JM. Serum nortriptyline levels in nursing mothers and their infants. Am J Psychiatry 1991;148:1234–1236.
62. Wisner KL, Perel JM, Findling RL, et al. Nortriptyline and its hydroxymetabolites in breastfeeding mothers and newborns. Psychopharmacol Bull 1997;33:249–251.
63. Frey OR, Scheidt P, von Brenndorff AI. Adverse effects in a newborn infant breast-fed by a mother treated with doxepin. Ann Pharmacother 1999;33:690–693.
64. Ilett KF, Kristensen JH, Hackett LP, et al. Distribution of venlafaxine and its O-desmethyl metabolite in human milk and their effects in breastfed infants. Br J Clin Pharmacol 2002;53:17–22.
65. Baab SW, Peindl KS, Piontek CM, et al. Serum bupropion levels in 2 breastfeeding mother-infant pairs. J Clin Psychiatry 2002;63:910–911.
66. Aichhorn WMD, Whitworth ABM, Weiss UMD, et al. Mirtazapine and breast-feeding [letter]. Am J Psychiatry2004;161:2325.
67. Chaudron LH, Schoenecker CJ. Bupropion and breastfeeding: A case of a possible infant seizure. J Clin Psychiatry 2004;65:881–882.
68. Lee A, Minhas R, Matsuda N, et al. The safety of St. John’s wort (Hypericum perforatum) during breastfeeding.
J Clin Psychiatry 2003;64:966–968. 69. Freeman MP, Hibbeln JR, Wisner KL, et al. Randomized dose-ranging pilot trial of omega-3 fatty acids for postpartum depression. Acta Psychiatr Scand 2006;113: 31–35.
70. Chambers CD, Anderson PO, Thomas RG, et al. Weight gain in infants breastfed by mothers who take fluoxetine. Pediatrics 1999;104:e61.
71. Yoshida K, Smith B, Craggs M, et al. Investigation of pharmacokinetics and of possible adverse effects in infants exposed to tricyclic antidepressants in breastmilk. J Affect Disord 1997;43:225–237.
Les protocoles de l’ABM expirent cinq ans après leur date de publication. Des révisions fondées sur des données scientifiques sont faites au bout de cinq ans, ou plus rapidement s’il y a des modifications significatives des connaissances. Auteurs*Linda H. Chaudron, M.D., M.S.
*Stephanie A.M. Giannandrea, B.A.
Comité des protocolesCaroline J. Chantry, M.D., FABM, Co-ChairpersonCynthia R. Howard, M.D., MPH, FABM,Co-ChairpersonRuth A. Lawrence, M.D., FABMKathleen A. Marinelli, M.D., FABM,Co-ChairpersonNancy G. Powers, M.D., FABM

Source: http://www.afrp-asso.fr/medias/files/protocol-abm-18.pdf

Microsoft word - detailed seminar program - israel

Seminar in Israel: September 18th – September 25th 2011 Sunday, 18 September Arrival 20:00 dinner at Hotel Lecture about Ecology in Israel Refreshments and short introduction on KKL/ Jewish National Fund JNF Intro to program Lunch en route Hiriya currently houses the largest waste transfer station in the Middle East. Three recycling plants operate at the foot of the mound, grinding bu

01.05.2012

Zuzahlungsbefreite Arzneimittel von 1 A Pharma Stand 01.05.2012 9012677 Alendronsäure - 1 A Pharma® 70 mg Filmtabletten9012683 Alendronsäure - 1 A Pharma® 70 mg Filmtabletten9207122 Alprazolam - 1 A Pharma 0,25 mg Tabletten9207139 Alprazolam - 1 A Pharma 0,25 mg Tabletten9207151 Alprazolam - 1 A Pharma 0,25 mg Tabletten2100125 Alprazolam - 1 A Pharma® 0,5 mg Tabletten067266

Copyright © 2010-2014 Pharmacy Pills Pdf